lundi 19 février 2018

"Couleurs de l'incendie" : le "tof" d'Isabelle P.

 



 En ouvrant avec fébrilité (vu mon enthousiasme pour "Au revoir là-haut") "Couleurs de l'incendie", je n'ai pu m'empêcher de me demander avec un petit zeste d'inquiétude si Pierre Lemaître n'avait pas cédé aux sirènes des suites parfois dispensables, d'un roman à succès.
Mais que nenni, que nenni! Dès les premières pages, l'inquiétude se dissipe, et l'on plonge (c'est le cas de le dire, on le verra plus loin!) dans l'action!
 
Nous sommes en 1927, et l'on enterre en grande pompe le banquier Péricourt, le père d'Edouard, le héros de "Au revoir là-haut". Madeleine, la soeur d'Edouard, mène le deuil avec son fils Paul, 7 ans, futur héritier de la banque Péricourt.
Sauf qu'au moment où le cortège funéraire se met en marche, l'enfant, comme son oncle avant lui, fait le saut de l'ange du haut du deuxième étage de l'hôtel Péricourt et s'écrase sur le catafalque de son grand-père! Pourquoi? Je ne vous le dirai pas, évidemment, vous ne voudriez pas que je vous gâche le plaisir, tout de même?

Pendant 544 pages, Lemaître emmène son lecteur, avec une habileté de feuilletonniste, dans une histoire terrible, d'injustice monstrueuse et de vengeance implacable.
Avec beaucoup d'ironie et un sens aigu du détail qui tue, qui confine parfois à la caricature ou à l'esprit B.D., il campe des personnages hauts en couleur  (mention particulière pour Solange-Castafiore :-)), et décrit fort bien l'ambiance de ces années 30, les hommes de pouvoir magouilleurs, les financiers véreux, la presse à l'affut du scandale et le créant parfois de toutes pièces... Planant au-dessus de tout cela, l'ombre du fascisme enfle et se déploie...
De l'aventure, du souffle... du grand art!

Isabelle P.

Couleurs de l'incendie, par Pierre Lemaître, ed. Albin Michel, 2018, 544p.

mercredi 14 février 2018

Sélection anti Saint-Valentin

Aaahhhh, la Saint-Valentin et son éternel cortège de gens amoureux et heureux, de boîtes de pralines à la liqueur, de bouquets de fleurs décapitées et terriblement mortes... Vous aussi vous trouvez que l'amour et le romantisme sont des sentiments niais et ridicules? Heureusement, nous sommes solidaires et nous vous avons préparé une petite sélection que nous avons pompeusement intitulée "Sélection anti Saint-Valentin"... 



"A l'origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l'écrivain, l'entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte. Récit poignant d'une tentative d'émancipation féminine, L'amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d'être libre se dresse contre l'avilissement."




"Adèle semble heureuse avec Richard, le médecin qu'elle a épousé. Pourtant, elle ne peut s'empêcher de collectionner les conquêtes. Dans le jardin de l'ogre est l'histoire d'un corps esclave de ses pulsions que rien ne rassasie. Un roman féroce et viscéral sur l'addiction sexuelle et ses implacables conséquences."
Et si vous voulez relire la critique d'Isabelle à ce sujet, c'est par ici que ça se passe!




"Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture... Aussi, lorsqu'ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n'ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d'oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison... où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s'installe chez eux avant d'être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n'y est pas : " Je suis affamée de toi. "
Avec C'est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu'inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître."


3 styles, 3 ambiances! Bon courage, la Saint-Valentin, c'est bientôt fini! 


lundi 29 janvier 2018

Les "tof" de Mélissandre

Dans cette rubrique, j'aime vous proposer nos nouvelles acquisitions de livres documentaires afin de vous les faire connaître. 
Cette semaine, une collection disponible depuis peu à la bibliothèque m'a tapé dans l’œil. Directement inspirée par le succès du film "Demain", la série "Je passe à l'acte" a pour but de proposer des solutions à tous ceux qui ont envie d'agir concrètement. 
Les livres s'articulent autour de 6 chapitres  : pourquoi - S'entourer - Se lancer - Tenir bon - Et après. 









N'hésitez pas à nous les demander! 

mercredi 24 janvier 2018

Stage Manga


mardi 16 janvier 2018

Les "tof" de Mélissandre - spécial "bonnes résolutions"

Pour ce premier "Tof" de Mélissandre, je vous propose une petite collection sympa, souvent bourrée d'humour et toujours bienveillante afin de vous aider à tenir vos résolutions de nouvel an. 






Et mention toute spéciale pour celui-ci, le petit dernier nouvellement paru : 



Truffé de conseils pour consommer de manière citoyenne, pas à pas et tout en respectant son budget. 

En tout, 16 titres sont désormais disponibles à la bibliothèque.  N'hésitez pas à nous les demander. 

Et toute l'équipe de la bibliothèque se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année riche en lectures! 

jeudi 28 décembre 2017

Nouvelle plateforme Iguana




Bonjour,

J’ai le plaisir de vous informer qu’une toute nouvelle plateforme vient de voir le jour  pour toutes les bibliothèques communales de Bruxelles. Elle s’appelle : IGUANA et vous pouvez la retrouver à l’adresse http://biblio.brussels/iguana/www.main.cls?surl=home

Vous y trouverez une multitude d’infos telles que, bien-sûr, le catalogue en ligne de nos collections, ainsi que toutes nos activités, nos nouvelles acquisitions, et bien de choses encore.

Vous avez également la possibilité de vous connecter à votre compte personnel en choisissant le réseau des bibliothèques d’Uccle, en entrant le code-barres que vous trouverez sur votre bibliopass, ainsi que votre code PIN que vous pouvez demander lors de votre prochain passage à la bibliothèque.

Voici un aperçu des différents services qui y sont mis à votre disposition :

  • consulter vos données personnelles et modifier votre code PIN ;
  • visualiser vos emprunts ;
  • visualiser vos réservations ; 
  • visualiser votre historique de prêt ;
  • consulter vos listes de lecture ;
  • vous lier à d'autres emprunteurs (choisissez "Comptes liés") ;
  • définir votre profil de centres d'intérêt.

En espérant que vous apprécierez cette nouvelle interface,

À très bientôt,


Pierre 

mardi 19 décembre 2017

Les tofs de Mélissandre

L'avantage avec les travaux de rafraîchissements de la bibliothèque, c'est que nous avons envie d'appliquer le même processus aux livres contenus dans nos rayons.
Aujourd'hui, on s'attaque aux livres sur le cinéma, le théâtre et la comédie musicale. Voici une liste non exhaustive de nos dernières acquisitions :

Le cinéma :




La comédie musicale



Le théâtre


Et voici mon petit conseil du jour si vous affectionnez tout particulièrement les films tirés de romans, de quoi réviser vos classiques :



Ces livres sont disponibles à la bibliothèque. 

A bientôt, pour d'autres tofs ;)



lundi 27 novembre 2017

Exposition au Doyenné-Maison des Arts !





Comme chaque année, la bibliothèque du Centre vous invite à découvrir un(e) auteur(e)
d'albums de littérature de jeunesse.
Cette année, c'est donc Christian Lagrange que nous accueillons au Doyenné-Maison des Arts.
"La Chenille", "Murmure", "De la terre à la pluie", trois livres aux thématiques fortes qui parlent d'exil, d'accueil, de rencontres...
Venez les découvrir et échanger avec l'auteur au vernissage de l'exposition, le samedi 2 décembre à partir de 16 heures!

En avant-première, Christian Lagrange nous a fait le plaisir de répondre à nos questions :



Bonjour, Christian Lagrange, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Bonjour à vous,
Il y a un peu plus de soixante ans, je suis né et j'ai grandi dans un quartier où Bruxelles bruxellait encore. Ma mère y tenait une blanchisserie et mon père était mécanicien. Jusqu’à 9 ans, j'ai été fils unique, puis j'ai eu une sœur, Nadine. De l'école primaire, je ne garde pas de grands souvenirs, sinon que tous les mercredis, paraissait le journal de Spirou qui à cette époque publiait les BD de très grands dessinateurs, le merveilleux Franquin par exemple, avec son fabuleux Marsupilami.
En humanités, je portais plus d'attention à mes petits griffonnages qu'à mes cours qui n'éveillaient que rarement mon intérêt. Par chance, un professeur de dessin m'a remarqué lorsque j'étais à la limite du décrochage scolaire. Chez lui, il m'a initié à la peinture à l'huile, à la poésie et à la littérature. Grâce à son attention particulière, j'ai pu être admis à l’Académie Royale des Beaux -Arts où j'ai reçu une formation classique en dessin, peinture et sculpture.  
Quel est votre parcours professionnel ?
Après les Beaux -Arts, j'ai voyagé en faisant des portraits dans la rue et des dessins à la craie sur les trottoirs. Au moment du service militaire, j'ai été engagé en tant qu'objecteur de conscience dans une ASBL qui s'occupait de la Protection de la Jeunesse. Dans ce cadre, j'ai passé deux ans à faire des dessins pour la presse, et aussi des illustrations et des affiches. Par après, j'ai suivi des cours d'Art dramatique au Studio Appia. Plus tard, avec ma compagne Christine, nous avons créé le théâtre  professionnel jeune public «Les Quatre Cents Coups » qui a tourné avec deux spectacles pendant deux ans. Petit à petit, je n'ai plus pratiqué la comédie et je me suis davantage occupé de créations scénographiques pour divers théâtres.
Au début des années 80, je suis entré au Théâtre Royal de la Monnaie qui était alors dirigé par Gérard Mortier. C'était l'âge d'or de cet opéra, les budgets étaient quasi illimités et les productions  gigantesques de grande qualité. J'y ai débuté comme aide décorateur, puis comme décorateur attaché au TRM et enfin chef décorateur indépendant. C'est une période que j'ai adoré, car elle m'a permis de travailler pour de très grandes pointures de la scénographie et de la mise en scène . A leur côté, j'ai appris énormément. J'ai aussi travaillé pour le Théâtre Varia, la Balsamine, l'Opéra de Montpellier, les Amandiers, le Centre dramatique de Créteil . Quand Gérard Mortier a fini son mandat au TRM, les budgets alloués furent sévèrement revus à la baisse, en particulier celui des décors.
J'avais rencontré dans les dessous de l'opéra, Alexandre Bouglione qui était venu voir la sculpture du  dragon de la tétralogie de Wagner, il cherchait un sculpteur pour réaliser des animaux monumentaux. Après une première commande, de fil en aiguille, nous en avons sculpté, un ami et moi, plus de 150 pour de grands cirques, des trains fantômes et des parcs d'attractions. Leur taille frisait parfois les 10 mètres.
Après quelques années de ce travail titanesque, une rencontre a changé radicalement notre activité.
Madame la Baronne van Gysel, propriétaire avec son mari de l'hôtel Le Plaza, nous a demandé d'en créer et réaliser les décors en trompe- l’œil .C'est un travail qui a pris plus de 10 ans et qui nous a ouvert les portes d'autres palaces, châteaux, villa et fêtes jet-society, tant en Belgique qu'en France, en Allemagne et en Suisse.
Je racontais des histoires en dessins à ma fille de 10 ans (c'est elle la petite fille qui apparaît dans «  Murmure ») et je me suis dit : pourquoi ne pas en faire un album ?
Je me suis mis au travail et j'ai présenté à Chantal Léonard, une série de gouaches qui mettaient en scène les aventures d'un petit garçon avec son copain, le Yéti dans le zoo familial. Elle a pris le temps de m'expliquer les exigences au niveau du scénario et du rapport textes images. Après cette avalanche d'indications nouvelles pour moi, je me suis attelé à un autre projet « La Chenille » qu'elle a accepté avec enthousiasme et qui est paru dans sa collection « À l'abordage » aux éditions Labor.
Puis il y a eu « Murmure » aux éditions de la Martinière et « De la Terre à la Pluie » aux éditions du Seuil.
Avec Chantal, qui entre-temps est devenue une amie, je viens de terminer, pour ce qui est de ma part,   12 albums pédagogiques pour l'UNICEF/ Union des Comores.
Maintenant, j'occupe un nouvel atelier où je me consacre en priorité à la sculpture en terre cuite. J'y traite des thèmes mythologiques revisités.

Le processus de création est bien sûr particulier à chaque artiste. Pouvez-vous nous parler du vôtre ? Quelles techniques avez-vous employées pour les albums que vous exposez à la Maison des Arts d’Uccle ?
Il y a toujours quelque chose sur le feu dans un coin de mon esprit. Des marmites qui se nourrissent d'images, de sensations, de livres, d'idées...Ca mijote tranquillement, de temps en temps, une de ces mixtures prend une tournure intéressante...Alors je développe, j'ajoute, je retire, je simplifie à l’extrême pour obtenir l'image, la sculpture, l'album, le percept. Pour ce qui est des albums, je dessine à la tablette graphique, en ce qui concerne le dessin proprement dit, c'est une technique très voisine des outils traditionnels, mais ça permet une plus grande souplesse dans la création car rien n'est définitif : on peut revenir à une étape précédente, repositionner un personnage, un arbre, un objet et composer facilement par le système de calques. De plus les couleurs utilisées sont en raccord avec celles de l'imprimeur.
J'attache aussi beaucoup d'importance à ce que les images n'illustrent pas le texte, ni le texte les images, je tiens à ce que ces deux langages se complètent, chacun avec sa spécificité d'expression.
Il y a des choses ou des sensations qu'on peut décrire en texte et non en image et vice-versa.
Dans le dernier album «  De la Terre à la Pluie », j'ai pris le parti de sculpter de manière traditionnelle les personnages en terre crue, puis de les photographier sous tous les angles, et enfin de les introduire dans un environnement de dessins numériques en noir et blanc. La grande souplesse du
numérique permettait avec cette mise en œuvre de servir le récit tout en proposant des images inhabituelles.

Les thèmes abordés dans ces albums ne sont pas légers.  Pouvez-vous nous raconter ce qui vous a touché dans ces thématiques et ce qui vous a poussé à les écrire ?
L'axe commun des trois albums est la résilience : ils mettent en scène des personnages fragiles qui, par leur extraordinaire force de vie, arrivent à surmonter les obstacles qui les tourmentent.
 « Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière. ». Ce sont des livres d'espoir et d'action.
Pour moi, l'élément essentiel dans la création de ce genre d'histoire est l'empathie, le « si c'était moi » et l'urgence aussi de manifester sa colère face aux réels monstrueux que certains aurait tendance à occulter ou à banaliser, surtout quand on s'adresse aussi aux enfants. 
Avez-vous un autre livre en préparation ? pouvez-vous nous en parler un peu ?
Il y a des marmites prometteuses...ça mijote !


Merci beaucoup, et à bientôt à l’exposition ! 

jeudi 23 novembre 2017

La vie de la section jeunesse

Certains se demandent peut-être ce que les bibliothécaires complotent pendant les heures de fermeture de la bibliothèque... Eh bien, aujourd'hui, nous levons en partie cet épais voile de mystère!

Si en section adultes, nos heures d'ouverture au public sont importantes, il n'en va pas de même pour la section jeunesse. Mais nous ne nous tournons pas les pouces, bien au contraire! Quand la section jeunesse est fermée, nos bibliothécaires enfilent leur cape de super animatrices et reçoivent crèches, pouponnières, écoles maternelles, primaires et secondaires, centres de jour pour personnes handicapées etc. pour leur raconter des histoires ou pour les aider à effectuer des recherches documentaires. 






Si vous êtes enseignant.e, puéricultrice.teur ou éducateur.trice, vous pouvez nous contacter au 02/348.65.29 pour prendre rendez-vous.

"La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté" 
François Mauriac




mardi 21 novembre 2017

Les "tof" de Mélissandre

Et si nous parlions aujourd'hui de nos... intestins? Oui, vous avez bien lu! Ils sont la cause de la plupart de nos soucis de santé. C’est pourquoi aujourd’hui, nous vous proposons cette petite sélection digeste et surprenante !









mardi 7 novembre 2017

Les "tof" de Mélissandre

Vous voulez aider votre enfant à devenir un super-héros émotionnel? On a tout ce qu'il vous faut! Cette semaine,nous pensons aux parents en leur proposant cette  chouette collection de livres sur les émotions. 
Cinq petits livres courts et  astucieux qui fournissent des outils pratiques et des conseils pour aider nos enfants à gérer la peur, la colère, le manque de confiance en soi, les troubles du sommeil, etc. 







mardi 24 octobre 2017

Les "tof" de Mélissandre

Et si nous profitions de ce temps maussade pour embellir nos maisons ? Voici une petite sélection toute douce, toute mignonne de livres pour détourner les objets du quotidien et les rendre uniques. A découvrir à la Bibliothèque du Centre, au rayon "Art" !






mardi 10 octobre 2017

"Mystérieuse Indonésie : que lire, que dire... que d'îles!"

L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air, nature et eau

Vendredi 20 octobre à 19h30

Spectacle littéraire et musical proposé par l'asbl Potamots.

Deux lecteurs et un musicien vous emmèneront dans l'univers de la littérature et de la musique indonésienne.
Le spectacle sera suivi d'une dégustation et d'un verre de l'amitié.



Activité proposée dans le cadre de Europalia Indonésie.
Public adultes et adolescents.
Gratuit, réservation vivement conseillée au 02/348.65.29 
ou par mail :
bibcentre@uccle.brussels

mercredi 27 septembre 2017

La fête des possibles

La bibliothèque du Centre accueillait, ce samedi dernier, les actions citoyennes locales qui visent à construire une société plus durable, plus humaine et plus solidaire. Ce projet s’inscrivait dans le cadre du mouvement en transition “La Fête des Possibles” et traduit la volonté de la bibliothèque du Centre de sensibiliser le grand public à la nécessité d’adapter son mode de vie aux enjeux d’aujourd’hui et de demain. Au programme : foire aux initiatives, marché gratuit d’objets, fabrication de pain et projection du documentaire “En transition 2.0”.

Voici un petit résumé en images : 

Une gratiferia devant la bibliothèque. Le principe est simple, donner ce qui ne nous sert plus, sans aucun échange d'argent : 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre et plein air  L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre, chaussures, plein air et nature

L’image contient peut-être : texte L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre et plein air

La bibliothèque offrait le petit déjeuner à tous les participants et à ses lecteurs

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air Aucun texte alternatif disponible.

Une foire aux initiatives dans le jardin arrière, avec tous les acteurs qui agissent déjà au quotidien en faveur de nouvelles habitudes de vie, de nouveaux modes de consommation et de production : une épicerie sociale, une épicerie collaborative, une grainothèque, le compost du quartier, un frigo solidaire, l'idée d'une monnaie locale, un potager collectif, un bar solidaire...

L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre, ciel, plein air et nature  L’image contient peut-être : 1 personne, arbre, plein air et nature

L’image contient peut-être : plante, arbre, fleur, plein air et nature

L’image contient peut-être : table et nourriture 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre, plein air et nature

L’image contient peut-être : 1 personne, assis, arbre, table et plein air

Le four à bois, la caravane passe était présent avec son délicieux pain au levain. On a adoré sentir l'odeur du pain qui cuit, jusque dans la bibliothèque! 

L’image contient peut-être : plein air


L’image contient peut-être : 1 personne, assis, nourriture et intérieur
 L’image contient peut-être : plein air

Ambiance festive et musicale : 

L’image contient peut-être : 1 personne, assis, vélo et plein air L’image contient peut-être : 3 personnes, arbre, enfant, plein air et nature

Deux heures du conte pour les enfants. 

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises et intérieur