La bibliothèque sera fermée les 24, 25 et 26 décembre, ainsi que les 31 décembre, 1 et 2 janvier !!!

lundi 17 décembre 2018

Quand la littérature met en garde...













Marche pour le climat, COP 24... l'avenir de notre planète est plus que jamais au coeur des préoccupations d'un grand nombre d'entre nous ...

A la demande d'une enseignante de 2ème secondaire, nous avons rassemblé quelques romans traitant des heurts et malheurs de notre terre, que nous malmenons sans nous soucier de ceux qui viendront après nous.

 C'est en effet le rôle de la littérature, qu'elle soit réaliste ou qu'elle prenne le moyen de la science-fiction ou du fantastique,  d'éveiller les consciences, et c'est le rôle des bibliothèques de diffuser ces oeuvres le plus largement possible.
Alors voilà... bonnes lectures, même si elles ne sont pas toutes très réjouissantes...







 


Bleu toxic, par Christophe Léon, ed. du Seuil (Karactères), 2010, 103p.

1956, baie de Minamata au Japon : une étrange malédiction s’abat sur une population de pêcheurs.  Les enfants du village tombent malades victimes d’un virus inconnu.  Des chats, des dauphins, des poissons décèdent dans d’étranges circonstances…
1984, Bhopal en Inde : une cuve d’une usine chimique explose, répandant un nuage toxique qui fait un grand nombre de victimes. Parmi tous ces morts, une naissance, un garçon que le médecin qui le recueille prénomme ironiquement Gaz…
Avec ces deux nouvelles, basées sur des faits tristement réels, Christophe Léon alimente le débat et interroge le lecteur sur le sort que nous réservons à notre planète et à ses habitants.

Chemins toxiques, par Louis Sachar, ed. Gallimard, 234p., 2016.
 
Non loin du collège dans lequel étudient les héros de l’histoire, un laboratoire classé secret defense a réussi à mettre au point un carburant révolutionnaire composé de micro-organismes.
Malheureusement, les micro-organismes échappent à leur concepteur, mutent et se multiplient de manière anarchique, provoquant une véritable catastrophe sanitaire .
L’histoire est racontée d’une part du point de vue des trois héros que les événements font grandir et évoluer, et d’autre part sous la forme de compte-rendus de réunions d’une commission parlementaire.  Celle-ci enquête sur les dangers que les recherches scientifiques anarchiques font courir à l’environnement, et sur la soumission des scientifiques aux diktats des décideurs économiques.
Un roman facile à lire, qui emprunte  la voie du thriller pour faire entendre sa critique écologique.

CIEL 1.0 : l’hiver des machines, par Johan Heliot, ed. Gulf Stream, 2014, 242p.

Années 2030 : l’homme, par facilité et recherche de profit, a donné au fil du temps de plus en plus de pouvoir à une Intelligence Artificielle qui gère les télécommunications mais aussi l’énergie et un grand nombre de tâches désormais effectuées par des machines et des robots. Sauf qu’un jour C.I.E.L., cette intelligence artificielle ultrasophistiquée se met à prendre des initiatives.  Son but : sauver la planète en empêchant les humains de continuer à dilapider ses ressources. Son leitmotiv : « Collaborez ou disparaissez.  Vous avez eu votre chance et vous l’avez gâchée, les machines répareront vos erreurs. L’avenir ne vous appartient plus. »….
L’histoire, qui sera développée dans les volumes suivants, un par saison, est racontée du point de vue de 5 personnages d’une même famille : Tomi, le grand-père, ancien reporter qui a longtemps tiré la sonnette d’alarme sans être entendu ; Peter, le fils, militaire ; Sarah, la mère, à la tête d’une organisation écologiste ; Jenny et Thomas, les enfants, étudiants.
Premier tome d’une tétralogie, un roman de science-fiction qui pose le problème de la dépendance grandissante du monde à la technologie, et de la dilapidation de nos ressources.


Comme un poison dans l’eau, par Carl Hiaasen, ed. Gallimard, 2006, 283p.

Dans la baie de Floride, le père de Noah vient de couler un casino flottant.  Motif : le propriétaire du bateau faisait, au mépris des lois, vidanger ses eux sales dans la baie et polluait ainsi les plages et les réserves naturelles. Perçu par tous comme une sorte de Don Quichotte de l’environnement, dangereux pour les autres et lui-même, le père de Noah se retrouve en prison, d’autant que, corruption et magouilles obligent, on ne trouve aucune trace du délit.  Noah et Abbey, en dignes enfants de leur père, ne vont pas rester les bras croisés…
Sur un sujet ô combien d’actualité, le respect de l’environnement, Carl Hiaasen offre ici un roman d’aventures et de réflexion tout à fait captivant.  Les personnages sont nuancés, humour et émotion sont au rendez-vous.


10 façons d’assassiner la planète : nouvelles réunies et présentées par Alain Grousset, ed. Flammarion (Tribal), 2007, 143 p.

Tout est dit dans le titre et la table des matières de ce recueil de nouvelles : inondations, pollution, surpopulation, disparition de la faune et de la flore, guerre atomique, manipulations génétiques… les dangers qui menacent notre terre sont bien là, et l’imagination de l’homme semble sans limite pour en accélérer l’échéance.
De Pierre Bordage à Philip K.Dick , de grands noms de la science-fiction remettent notre monde en question et tirent la sonnette d’alarme.  Et leur imagination est parfois aussi cruelle que ne le seront peut-être  les conséquences de notre mode de vie…

New earth project, par David Moitet, ed. Didier Jeunesse, 2017, 217p.

2125, le réchauffement climatique, la pollution, la surpopulation ont rendu le monde presqu’impossible à vivre.  Seuls quelques privilégiés, réfugiés sous de gigantesques dômes préservés, connaissent un soleil et un air pur « à l’ancienne ».  Pour le commun des mortels, la seule alternative aux conditions de vie mortifères, c’est le New Earth Project, le voyage vers une nouvelle terre habitable, à 6 ans de route de la terre…
Un thriller écologique efficace, avec des personnages emblématiques : Orion le privilégié, fils du concepteur du New Earth Project, et Isis, issue des bidonvilles.


Nouvelles vertes, collectif d’auteurs, ed. Thierry Magnier, 2005, 139p.
Nouvelles re-vertes, collectif d’auteurs, ed. Thierry Magnier, 2008, 173p.

Choisir l’avenir de la terre, c’est aujourd’hui que cela se joue, nous disent les 13 auteurs de ces deux recueils de nouvelles, qui utilisent souvent l’humour et l’ironie pour faire réagir leurs lectrices et lecteurs. Certains veulent croire aux initiatives positives pour changer le monde, et c’est une vraie bouffée d’oxygène dans une littérature volontiers catastrophiste !



Tobie Lolness : tome 1 : la vie suspendue, par Timothée de Fombelle, ill. par François Place, ed. Gallimard, 2006, 311p.
 
Tobie fuit pour sauver sa vie.  Il a 13 ans, mesure un millimètre et demie, et vit avec ses semblables dans l’Arbre, un monde où comme dans le nôtre, certains feraient n’importe quoi pour du pouvoir et de l’argent, au risque de scier la branche sur laquelle ils sont assis.
Une aventure pleine de rebondissements et de péripéties ! On dévore, et on se précipite sur la suite, intitulée « les yeux d’Elisha » !





 Isabelle P.



mercredi 26 septembre 2018

Programme de nos activités en octobre


Pour la section adultes : 




Pour la section jeunesse



jeudi 20 septembre 2018

Atelier d'écriture : il reste quelques places





vendredi 7 septembre 2018

Programme de nos activités en septembre





jeudi 28 juin 2018

Lire dans les Parcs à Uccle


Deux animateurs et un bibliothécaire vous attendent pour vous raconter des histoires 

Chaque mardi de juillet et août
de 15h à 17h
au parc de Wolvendael
(av. Wolvendael / rue Klipveld)

Les jours de pluie continue, l'animation se déroule à la Bibliothèque du Centre
Rue du Doyenné, 64 - 1180 Uccle
02/348.65.29

Gratuit, pas de réservations nécessaires

vendredi 1 juin 2018

Quelques nouveautés à découvrir en section Jeunesse







Traquées ! , par Sandrine Beau, ed. Alice (Deuzio), 2017, 263p.

« Maman avait tout préparé, le sac de voyage, l’itinéraire… Au cas où elle ne reviendrait plus, m’avait-elle dit.  J’ai toujours pensé que cela n’arriverait pas.  Jusqu’à aujourd’hui.  Me voilà toute seule avec ma petite sœur, toutes les deux sur la route pour retrouver maman, avec un dangereux individu à nos trousses… »
Le quatrième de couverture de ce roman rend parfaitement l’atmosphère de ce thriller qu’on ne lâche pas avant la dernière page ! L’odyssée d’Anna, 14 ans, et de sa petite sœur Marjo, 5 ans, est en effet particulièrement prenante, avec des moments flippants et d’autres plus drôles, histoire d’apaiser la tension du lecteur, embarqué dans l’aventure avec les héroïnes.
Le récit est raconté à la fois par Anna et par différents personnages croisés sur leur chemin, sans oublier le méchant, bien sûr, qui intervient régulièrement, augmentant encore le suspense et l’impression de terreur ressentie par les héroïnes … et le lecteur ! (à partir de 12 ans)



Robin des graffs, par Muriel  Zürcher, ed. Th. Magnier, 2016, 285p.

Sam est un jeune graffeur qui exerce ses talents peu appréciés des autorités sur sur les murs de Paris.
Soir après soir, il reproduit les images d’un livre d’enfance sur l’arche de Noé.  Ses dessins passionnent les médias, et exaspèrent la police.
Lilibelle est une petite fille de 6 ans, qui vient de s’échapper du centre d’accueil dans lequel elle vit.
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se rencontrer, et pourtant…
J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, optimiste et positif.
Une fois entré dans le livre, on n’en sort plus avant de connaître le sort des personnages.  Il y a une générosité, un amour de la vie qui font chaud au cœur !
Cerise sur le gâteau : c’est souvent drôle ! (à partir de 12 ans)




La Belle rouge, par Anne Loyer, ed. Alice (Tertio), 2015, 134p.

Marje est routière depuis 25 ans.  Dans cet univers d’hommes, au volant de son énorme camion rouge vif, elle sillonne les routes d’Europe.
Kader a 16 ans.  Abandonné par sa mère à 7 ans, il a connu les familles d’accueil, les centres pour mineurs, et la justice à laquelle ses actes de rebellion le confrontent trop souvent.
Aujourd’hui, Kader s’est enfui du centre et sur cette aire d’autoroute, il s’est glissé dans ce camion rouge dont on a oublié de fermer la porte à clé…
 La rencontre entre Marje et Kader est belle et émouvante.  La rudesse de l’une, la rebellion de l’autre , cachent une grande sensibilité.  Une vraie rencontre, qui fait chaud au cœur ! (à partir de 12 ans)








L’archipel : tome 1 : latitude, par Bertrand Puard, ed. Casterman, 2018, 279 p.

Yann est la victime d’une machination terrifiante : l’échange d’indentités.  Comme il a le malheur d’être le parfait sosie de Sacha Pavlovitch, le fils d’un richissime malfrat russe, recherché par toutes les polices d’Europe, il est arrêté à sa place et enfermé dans la pire prison qui existe au monde, au fin fond de l’Antartique.  Il a beau clamer son innocence, réclamer des tests ADN, l’argent des Pavlovitch achète toutes les complicités…Quoique…
L’auteur de la série bien connue “Les effacés” signe ici un thriller haletant et plein de péripéties.
Vivement la suite! ( à partir de 13-14 ans)




Moi et la fille qui pêchait des sardines, par Eva Kavian, ed. Oskar jeunesse, 2017, 126p.

Félix, 11 ans, débarque dans le petit village portugais où sa grand-mère s’est établie.  Parce qu’elle est devenue pauvre, dit le père de Félix. Peut-être, réplique Mamy, mais ici, s’ il n’y a pas de sous, il y a des idées et de la solidarité! De quoi faire réfléchir notre héros, qui affronte aussi les questions d’Amor, la petite-fille du marchand de poissons, qui ne rêve que de pêche à la sardine. Celle-ci par exemple, qui le plonge dans un trouble affreux : Félix a-t-il tué Victor?
Voilà un roman d’Eva Kavian comme on les aime. A sa manière tout en légèreté, elle aborde des thèmes graves et importants : l’avenir des personnes âgées en Europe, le devenir des villages désertés par les jeunes, les problèmes d’identita à l’intérieur d’un couple de jumeaux…
Un beau roman d’amitié et d’humanité.  A découvrir! (à partir de 11 ans)
 

 
  Bonnes lectures!

Isabelle P.