vendredi 1 juin 2018

Quelques nouveautés à découvrir en section Jeunesse







Traquées ! , par Sandrine Beau, ed. Alice (Deuzio), 2017, 263p.

« Maman avait tout préparé, le sac de voyage, l’itinéraire… Au cas où elle ne reviendrait plus, m’avait-elle dit.  J’ai toujours pensé que cela n’arriverait pas.  Jusqu’à aujourd’hui.  Me voilà toute seule avec ma petite sœur, toutes les deux sur la route pour retrouver maman, avec un dangereux individu à nos trousses… »
Le quatrième de couverture de ce roman rend parfaitement l’atmosphère de ce thriller qu’on ne lâche pas avant la dernière page ! L’odyssée d’Anna, 14 ans, et de sa petite sœur Marjo, 5 ans, est en effet particulièrement prenante, avec des moments flippants et d’autres plus drôles, histoire d’apaiser la tension du lecteur, embarqué dans l’aventure avec les héroïnes.
Le récit est raconté à la fois par Anna et par différents personnages croisés sur leur chemin, sans oublier le méchant, bien sûr, qui intervient régulièrement, augmentant encore le suspense et l’impression de terreur ressentie par les héroïnes … et le lecteur ! (à partir de 12 ans)



Robin des graffs, par Muriel  Zürcher, ed. Th. Magnier, 2016, 285p.

Sam est un jeune graffeur qui exerce ses talents peu appréciés des autorités sur sur les murs de Paris.
Soir après soir, il reproduit les images d’un livre d’enfance sur l’arche de Noé.  Ses dessins passionnent les médias, et exaspèrent la police.
Lilibelle est une petite fille de 6 ans, qui vient de s’échapper du centre d’accueil dans lequel elle vit.
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se rencontrer, et pourtant…
J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, optimiste et positif.
Une fois entré dans le livre, on n’en sort plus avant de connaître le sort des personnages.  Il y a une générosité, un amour de la vie qui font chaud au cœur !
Cerise sur le gâteau : c’est souvent drôle ! (à partir de 12 ans)




La Belle rouge, par Anne Loyer, ed. Alice (Tertio), 2015, 134p.

Marje est routière depuis 25 ans.  Dans cet univers d’hommes, au volant de son énorme camion rouge vif, elle sillonne les routes d’Europe.
Kader a 16 ans.  Abandonné par sa mère à 7 ans, il a connu les familles d’accueil, les centres pour mineurs, et la justice à laquelle ses actes de rebellion le confrontent trop souvent.
Aujourd’hui, Kader s’est enfui du centre et sur cette aire d’autoroute, il s’est glissé dans ce camion rouge dont on a oublié de fermer la porte à clé…
 La rencontre entre Marje et Kader est belle et émouvante.  La rudesse de l’une, la rebellion de l’autre , cachent une grande sensibilité.  Une vraie rencontre, qui fait chaud au cœur ! (à partir de 12 ans)








L’archipel : tome 1 : latitude, par Bertrand Puard, ed. Casterman, 2018, 279 p.

Yann est la victime d’une machination terrifiante : l’échange d’indentités.  Comme il a le malheur d’être le parfait sosie de Sacha Pavlovitch, le fils d’un richissime malfrat russe, recherché par toutes les polices d’Europe, il est arrêté à sa place et enfermé dans la pire prison qui existe au monde, au fin fond de l’Antartique.  Il a beau clamer son innocence, réclamer des tests ADN, l’argent des Pavlovitch achète toutes les complicités…Quoique…
L’auteur de la série bien connue “Les effacés” signe ici un thriller haletant et plein de péripéties.
Vivement la suite! ( à partir de 13-14 ans)




Moi et la fille qui pêchait des sardines, par Eva Kavian, ed. Oskar jeunesse, 2017, 126p.

Félix, 11 ans, débarque dans le petit village portugais où sa grand-mère s’est établie.  Parce qu’elle est devenue pauvre, dit le père de Félix. Peut-être, réplique Mamy, mais ici, s’ il n’y a pas de sous, il y a des idées et de la solidarité! De quoi faire réfléchir notre héros, qui affronte aussi les questions d’Amor, la petite-fille du marchand de poissons, qui ne rêve que de pêche à la sardine. Celle-ci par exemple, qui le plonge dans un trouble affreux : Félix a-t-il tué Victor?
Voilà un roman d’Eva Kavian comme on les aime. A sa manière tout en légèreté, elle aborde des thèmes graves et importants : l’avenir des personnes âgées en Europe, le devenir des villages désertés par les jeunes, les problèmes d’identita à l’intérieur d’un couple de jumeaux…
Un beau roman d’amitié et d’humanité.  A découvrir! (à partir de 11 ans)
 

 
  Bonnes lectures!

Isabelle P.
 

mardi 15 mai 2018

Picoti... tous partis?

📚
Cette année, les bibliothèques de Bruxelles ont le plaisir d'offrir aux enfants de première maternelle qui assistent aux animations scolaires un exemplaire de l'album Picoti...Tous partis? 

Cette histoire a été créée par Françoise Rogier dans le cadre de l'opération de promotion de la lecture "La fureur de lire" et du Plan Lecture. 

A la bibliothèque du Centre, chaque album est soigneusement préparé dans un sac réutilisable aux couleurs des bibliothèques de Bruxelles. Vous y trouverez également les horaires d'ouverture des bibliothèques d'Uccle, les horaires des Heures du conte et un flyer explicatif. 

Envie d'en savoir plus? https://vimeo.com/266651184 


Classe d'accueil de l'école du Centre à Uccle


vendredi 20 avril 2018

Ados litt' : quelques chouettes lectures...



... à découvrir en section Jeunesse!


 

Dans la famille de Ciprian, on est montreur d’ours de père en fils.  Sauf que dans la Roumanie d’aujourd’hui, il ne semble plus y avoir de place pour les gens comme eux…

A Paris par contre, l’or se ramasse à la pelle, leur dit-on.   

Et les voilà aux mains de passeurs pas très nets, débarqués dans un bidonville loin, très loin de la tour Eiffel, et priés de travailler beaucoup pour rembourser leur dette! Voleurs à la tire, mendiants, ferailleurs de métaux “empruntés” sur les chantiers, ils sont à la fois chassés par la police et harcelés par ceux à qui ils doivent de l’argent.


Jusqu’au jour où Ciprian, dans un jardin public, tombe en arrêt devant des joueurs de “tchèquématte”.  Il ne connaît rien au jeu d’échecs, mais cette rencontre va changer sa vie…

 Xavier-Laurent Petit raconte là, à travers ces personnages emblématiques, l’envers du décor de la vie des Roms que l’on voit dans les rues et les couloirs du métro, souvent victimes d’un trafic insupportable.  Il y a dans ce roman beaucoup d’émotion, de l’humour aussi, les qualités d’écriture que l’on connaît à l’auteur, et un beau message d’espoir. 
(Ce roman fait partie de la sélection Prix Farniente 2018)

Le fils de l’Ursari, par Xavier-Laurent Petit, ed. Ecole des loisirs, 2016, 270p.




Anouk en a assez de tout : au collège, elle est la souffre-douleur de la classe, son père ne comprend rien à rien, et sa mère ne sera une fois de plus pas là pour les fêtes de Noël.  Scientifique sur une base polaire, elle semble préférer sa colonie de manchots à sa famille!

Alors, l’adolescente décide de fuguer.  Sauf que l’idée se heurte bien vite à la réalité : il fait froid, et elle ne sait pas où passer la nuit… Qu’à cela ne tienne, elle décide de fuguer… dans son grenier!
Une histoire de famille qu’on lit avec beaucoup de plaisir!

Ma fugue chez moi, par Coline Pierré, ed. Du Rouergue (coll. DoAdo), 2016, 116p.








2125, le réchauffement climatique, la pollution, la surpopulation ont rendu le monde presqu’impossible à vivre.  Seuls quelques privilégiés, réfugiés sous de gigantesques dômes préservés, connaissent un soleil et un air pur « à l’ancienne ».  Pour le commun des mortels, la seule alternative aux conditions de vie mortifères, c’est le New Earth Project, le voyage vers une nouvelle terre habitable, à 6 ans de route de la terre…


Un thriller écologique efficace, avec des personnages emblématiques : Orion le privilégié, fils du concepteur du New Earth Project, et Isis, issue des bidonvilles.

New earth project, par David Moitet, ed. Didier Jeunesse, 2017, 217p.







 
A la rentrée au collège, Cheyenne fait le buzz : souris timide un peu boulotte l’année dernière, la voilà rayonnante sylphide attirant tous les regards ! 
Il n’en faut pas plus à Mathilde, déjà fragilisée par le deuil d’une grand-mère très aimée, pour se remettre en question.  A côté de Cheyenne à la grâce de papillon, elle se sent comme une chenille molle et gluante.
Alors, pour être quelqu’un d’autre qu’elle-même, pour l’espoir d’un regard de Jim, qu’elle adore en secret, l’adolescente entame le régime qui permettra à la chenille de devenir papillon…

Comme dans ses précédents romans (Sweet Sixteen, Là où naissent les nuages…), les personnages d’Annelise Heurtier sonnent vrai, dans toute leur complexité, complexité des sentiments propres à chacun, mais aussi des relations intra familiales.
Un beau roman, à découvrir.

Le complexe du papillon, par Anne lise Heurtier, ed. Casterman, 2016, 194p.

Isabelle P.