jeudi 6 novembre 2014

Les lectures d'octobre !










Les roses de Trianon : tome 1 : Roselys, justicière de l’ombre, ed. Bayard Jeunesse, 2014, 307p.

1780 : Roselyne d’Angemont a 16 ans, et depuis toujours préfère l’équitation et l’escrime au clavecin et aux danses de salon. Mais l’on ne peut éternellement échapper à son destin lorsqu’on est fille de noble.  Bien malgré elle, Roselyne part vivre à Paris chez sa tante, et apprend à supporter robes à paniers et coiffures compliquées. 
Appelée à la cour de la reine Marie-Antoinette, elle découvre le Trianon où la reine aime se retirer, loin du protocole de Versailles.  Un monde nouveau, où derrière les falbalas et les sourires se cachent l’envie et les complots… et les qualités particulières de Roselyne s’avèreront bien plus utiles que prévu !
Annie Jay semble particulièrement aimer le château de Versailles et ses habitants, puisqu’elle en a déjà fait le cadre d’autres romans qui vous attendent à la bibliothèque, entre autres « Au nom du roi»,  « la vengeance de Marie » ou encore « Complot à Versailles », « la dame aux élixirs » ou « l’aiguille empoisonnée ».  De chouettes moments de lecture dépaysante… et une belle introduction à la visite de Versailles !

Le grillon, récit d’un enfant pirate, par Tristan Koëgel, ed. Didier jeunesse, 2013,

Quand on parle de pirates, on pense d’abord à un unijambiste barbu, avec un crochet au bout du bras, et un perroquet bavard sur l’épaule.  Mais les pirates d’aujourd’hui, qui rançonnent les bateaux au large des côtes somaliennes n’ont rien d’imaginaire, eux, Grillon en sait quelque chose.  Ses parents, des pêcheurs coréens ont été tués dans un de ces affrontements et depuis, il vit sur le bateau des pirates qui l’ont adopté, et apprend à se servir d’une mitraillette…
Rebaptisé Mostefa et pensionnaire d’un institut dont il a beaucoup de mal à accepter les règles, Grillon raconte son histoire à sa manière, celle de quelqu’un qui vit les choses sans toujours bien les comprendre, ce qui peut parfois déconcerter le lecteur.  Il faut donc parfois un peu s’accrocher pour ne pas perdre le fil de l’histoire, mais ce roman à la fois dur et émouvant, sur un sujet tout à fait actuel, en vaut la peine !

Je suis un phénomène, par Elisabeth Atkinson, ed. Alice (Tertio), 2014, 227p.

A 12 ans, Faye mesure un mètre 80. Pas évident quand on est timide et qu’on a du mal à entrer en contact avec les autres ! Elle déteste l’école, sa mère est une hippie excentrique qui tombe amoureuse à grand fracas toutes les deux semaines et, cerise sur le gâteau, son père qu’elle n’a jamais vu lui a laissé un nom de famille qui, accolé à son prénom, fait rire tout le monde : Faye Noman , comme phénomène ! Bref, malgré le soutien de l’optimiste Pénélope, sa meilleure (et seule !) amie, Faye ne se sent nulle part à sa place.
Jusqu’au jour où elle reçoit une invitation tout à fait inattendue de la famille de ce père inconnu pour un week-end de retrouvailles familiales. Au programme : camping avec une cinquantaine d’inconnus ! Mais l’inconnu réserve parfois quelques bonnes surprises !
(Ce roman fait partie de la sélection du prix Adolisant 2015)
Le personnage de Faye m’a rappelé un peu celui d’Ursula dans « Nulle et Grande Gueule », le roman de Joyce Carol Oates, paru aux éditions Gallimard en 2002.
Comme Faye, Ursula est mal dans sa peau, bien que pleine de qualités.  Alors elle se protège en dressant des barrières entre elle et les autres, et affirme sa différence en s’appelant elle-même la Nulle.  La grande gueule de l’histoire, c’est Matt, l’antithèse d’Ursula. Sûr de lui, bien dans ses baskets, il aime faire rire les copains, mais sa dernière blague ne fait rire que lui-même : il a menacé par jeu de mettre une bombe dans l’école ! On le soupçonne des pires intentions, tout le monde lui tourne le dos… sauf la Nulle, qui ne supporte pas l’injustice.
En affrontant les autres, Ursula se révélera aussi à elle-même. 

Un beau roman, par une grande écrivaine à découvrir.


Comment tomber amoureux...sans tomber, par Susie Morgenstern, ed. Ecole des loisirs (Medium), 2014, 301p.

Le titre et les  nombreux coeurs sur la couverture annoncent la couleur : c'est d'amour que parle Susie Morgenstern dans ce roman! Annabelle termine ses études secondaires au lycée, à Paris, et a décidé qu'il lui fallait être la meilleure.  C'est une tradition chez les femmes de sa famille, semble-t-il : Marguerite, la grand-mère dirige un restaurant et se bat pour une étoile de plus dans les guides gastronomiques et  Lulu, la mère, est une chercheuse universitaire qui ne vit que pour son travail.  Annabelle a donc, après une déception amoureuse qui lui a laissé pas mal de bleus à l'âme, décidé que son coeur serait "définitivement hors service et désormais sous les ordres exclusifs de son cerveau".
Mais quand Samuel, le fils de l'ambassadeur des Etats-Unis débarque au lycée, ne parlant pas un mot de français, Annabelle ne se doute pas que sa présence va bouleverser sa vie, et celle des autres femmes de sa famille...
Une histoire de famille qui explore l'amour sous toutes les coutures!

Bonne lecture!

Isabelle P.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire