samedi 23 avril 2011

Les sorcières de Skelleftenstad


"Notre père, Nils Swedenborg, est si gentil. Toujours prêt à rendre service, attentionné presqu'à l'excès, d'une inébranlable tendresse. Il est aussi travailleur, et fort doué de ses mains. Sa fidélité est celle d'un chien de berger. Il n'a qu'une parole. Je ne l'ai jamais entendu mentir. Il est bel homme, autant qu'une fille puisse juger l'apparence de son père... Oui, vraiment, que des qualités.
Si seulement il n'avait pas été aussi bête. Cela lui aurait évité d'épouser une sorcière."
Ces premières lignes donnent le ton du récit! L'aînée de la famille y raconte avec une ironie malicieuse mâtinée de tendresse vaguement apitoyée (l'ado commentant les faits et gestes de ses parents, quoi! :-)) la rencontre de son père, charpentier, et de sa mère, sorcière, et la venue au monde de leurs trois filles.
Rien de crochu ni de ricanant chez Ingrid la sorcière! Lorsqu'elle débarque à Skelleftestad avec sa beauté ravageuse moulée dans une robe de velours rouge, tous les hommes la regardent avec un air béat. Les femmes en revanche... Mais pourquoi donc la belle Ingrid jette-t-elle son dévolu sur l'homme le plus stupide du village?
La réponse dans ce livre diaboliquement drôle!
Et, bonne nouvelle, le deuxième tome est déjà paru! Jean-François Chabas y réserve à ses héroïnes un sort "pas piqué des hannetons", qui appelle une suite que l'on attend avec impatience, un moment de lecture vraiment drôle, cela ne se refuse pas!

Isabelle P.

Les sorcières de Skelleftestad, par Jean-François Chabas, ed. Ecole des Loisirs (Medium), 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire