samedi 11 août 2012

Mistral


« La première chose que Mistral regarda fut la mer.  Comme toujours.  La mer, ce jour-là, respirait avec calme et avec force : elle prenait la vague par en dedans, en profondeur, et la rejetait sur la plage en un grand soupir, après l’avoir longuement savourée. »

Mistral est né un jour de tempête, sur une  île battue des vents dont l’un lui a donné son nom.  Cette île noire, l’enfant s’en est proclamé le roi, comme son père Cisco le pêcheur avant lui et son grand-père, le gardien de phare.
L’enfance de Mistral, libre et sauvage, s’écoule sans heurts au sein d’une famille heureuse, entre Antonia, sa mère « stable comme l’île », son père Cisco, « tourmenté comme la mer », ses frères et sœurs, ses grands-parents et ses amis d’école, sur le continent.
Mais un jour, sur un voilier luxueux, apparaît Chloé, petite fée blonde et charmeuse, venue comme d’un autre monde. Elle envahit le royaume de Mistral, décrète d’autorité qu’il sera son fiancé et disparaît comme elle était venue.  Mistral, touché au cœur, se met à attendre un improbable retour…
Bonheurs d’une enfance aux parfums buissonniers, souffrances des émotions qui bousculent les certitudes et les illusions : la nature et l’amour sont au centre de ce très beau roman d’apprentissage.  L’écriture d’Angela Nanetti est simple et poétique à la fois.
On en retrouvera le charme dans un autre de ses récits traduits en français : « Mon grand-père était un cerisier », paru chez Flammarion, dans la collection Castor Poche.

Mistral, par Angela Nanetti, ed. Joie de Lire (Encrages), 2011, 249 p. 

Isabelle P.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire