jeudi 27 septembre 2012

Un jour...



"- Félix, du dortoir Saint-Stanislaus!
C'est la voix de mère Minka, qui me crie dessus depuis la table principale. Tout le monde lève la tête.
- On ne joue pas avec la nourriture, Félix.  Si tu as trouvé un insecte dans ton bol, mange-le et estime-toi heureux."
     Nous sommes en 1942, dans un orphelinat polonais, et Félix, 8 ans, attend désespérément que ses parents, des libraires juifs qui l'ont caché là, viennent le chercher. Et comme ils ne viennent pas, il s'enfuit à leur recherche avec, sous sa chemise, le cahier jaune dans lequel il écrit toutes les histoires merveilleuses tirées de son imagination inépuisable.
      Commence alors une longue et dangereuse errance vers la ville où il pense retrouver ses parents, à travers les exactions nazies et l'antisémitisme ambiant. Il rencontre Zelda, une petite fille de 6 ans dont les parents sont morts sous ses yeux, Barney, Genia, qui tentent de les aider et les cachent malgré le danger.
     Petit à petit, Félix, que la capacité à s'inventer des histoires sauve souvent du désespoir, prend la mesure de ce qui se passe : les nazis ont brûlé les livres de son père mais "ce ne sont peut-être pas seulement nos livres que les nazis détestent.  C'est peut-être nous."
"J'aimerais bien pouvoir inventer pour Zelda.  J'aimerais pouvoir lui raconter une histoire heureuse. Lui dire qu'en fait ses parents ne sont pas vraiment morts, qu'ils sont simplement en vacances sur une île déserte dotée d'une pâtisserie, et qu'ils reviendront la chercher dès qu'ils seront bronzés.  Mais je ne peux pas."   

 Parce que ces temps d'horreur ne laissent plus de place à l'innocence...
     Un roman hors du commun, terriblement poignant. Drôle aussi parfois, à la manière de "la vita è bella"...
     Un très très grand coup de coeur!


Un jour, par Morris Gleitzman, ed. Les Grandes Personnes, 2010, 333p.

Isabelle P.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire