La bibliothèque sera fermée les 1, 2, 3, 10 novembre, ainsi que le 12 novembre (Mise à jour du système informatique)

lundi 26 février 2018

No Home : le "tof" livre d'Isabelle P.







   Nous sommes au 18ème siècle, dans l’africaine Côte-d’Or, ce qui sera bien plus tard le Ghana.
Les Anglais s’y sont installés, principalement pour le commerce des esclaves.

Dans ce contexte, deux femmes, Esi et Effia, nées de la même mère, mais de père différent.
Effia épouse un Anglais, et ses descendants resteront en Afrique, se cherchant une identité entre deux mondes, celui des blancs et celui des noirs.

Esi, elle, est vendue en Amérique, et sa lignée connaîtra les affres de l’esclavage puis, devenue libre, de la ségrégation.

Au-delà de celui d’une famille, cette fresque extraordinaire, premier roman d’une jeune auteure ghanéenne,  fait en réalité le portrait de trois siècles d’Histoire. 
 A chaque génération, un personnage emblématique est mis en lumière. Afrique, Amérique, Afrique, Amérique… ce sont d'incessants allers-retours d'une branche de la famille à l'autre, et il faut parfois se référer à l’arbre généalogique heureusement reproduit en début de roman !

Chacun de ces chapitres est un moment de l'Histoire et une histoire en soi, souvent cruelle, toujours émouvante, et portée par une langue qui épouse avec subtilité l’essence même de ses personnages.
Des personnages qui font ressentir au lecteur comment, génération après génération, ils n’ont pu être que ce que la couleur de leur peau annonçait  au monde, combien c’est insupportable et inhumain, et combien il est important que change le regard que l’on porte sur l’Autre, quel qu’il soit.
Un grand livre, à découvrir toutes affaires cessantes !

No home, par Yaa Gyasi, ed. Calmann-Levy, 2017, 472p.

Isabelle P.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire